mardi 28 juin 2011

C'est la ronde aux dents longues



Pressée comme un citron je me meurs sur les sommets éclairés de l'éternel recommencement. Mon sang bien trop acide cherche à rejoindre la mer et moi j'agite ma pulpe vers le ciel pourpre sans étoile ni vaisseau spatial, et je hurle, et j'implore ! ! Les gens sont-ils tous fous et les âmes un brin sensibes sont-elles toutes destinées à être brisées et empalées sur des pics immaculés gavées d'assomoires chimiques à la pureté infernale ? ! Démence des sens tu ne m'auras pas ! Et toi grand chaos universel je te ferai payer pour toutes les âmes que tu as broyées et pour toutes celles que tu broyeras encore ! Le combat et la mort ou l'amour et l'exil n'y a -t-il pas de salut ? ?

http://www.youtube.com/watch?v=Sl3bXjFtZNs (b r r r )


jeudi 1 juillet 2010

Des images comme ça, à poster.

Des poussières sur la photo, la faute au mauvais scan JE SAIS mais c'est fou tout le charme que ça lui ajoute à Abbey et à sa gueule d'ange enfarinée.

Mais comme blogger c'est toujours de la merde faudra faire l'effort de cliquer sur ce lien si vous y tenez : http://img64.imageshack.us/f/img186v.jpg/

Je repars. J'écris pour moi même et là je ne me lis plus. Car j'ai l'attention évanescente et des montées de sommeil.


EDIT: Non vraiment j'en ai rien à fiche de mon blog.

lundi 24 mai 2010

12

Ça fait des siècles que j'suis pas revenue !

EDIT: De retour pour la Haute Couture début juillet.

EDIT BIS: 10 mars ---> 1er juillet. Au deux tiers du parcours une pensée qui tambourine à ma fenêtre : ma chère Imela, souviens toi, TU AS UN BLOG !
Ahem... oui.
Pourquoi déjà ?
Je ne me veux pas aiguilleuse de quoi que ce soit. Enfin je crois. Simplement c'est cool d'écrire des conneries sur des images glossy canons. Alors certes personne n'a besoin de moi pour ça. Mais j'aimais bien, des fois.
La fashion week était finie lors de mon dernier billet. Le mini-blues post-défilés de la pimbèche qui n'a rien d'autre à foutre de ses fin d'aprem que de baver stupidement devant son écran pour rien d'autre que des bouts de tissus...
J'ai pris le large. Suis passée à autre chose. La vie ?
Quand j'ai reçu Vogue par la poste début juin, j'ai même pas pu le finir. PAS PU LE FINIR! Plus faim. Plus faim de tout ce plastique verni à trois mille euros.
Et dire que j'osais parler d'Art.
Quand je repense à tout ça, j'ai envie de vomir.
CREUX
Et c'est tout.

Gorgez-vous d'espoir avec moi pour que la Haute Couture s'essore de quelques gouttes d'émotions histoire que j'écrive quand même un truc, JE DOIS AVOIR UNE DIZAINE DE LECTEURS À HONORER FAUT DIRE !
Et PEUT-ÊTRE que je posterai encore des images glossy canons avec des p'tits textes tout mouillés MAIS RIEN N'EST MOINS SÛR.
Mais comme je ne dois rien à personne, je m'offrirai le luxe, le vrai, de ne rien foutre si ça me chante.

(Rassurez-vous, je vais toujours sur le site de Colette... pour laisser tourner la musique toute la nuit. Et j'abomine tous mes autres favoris de la petite étoile jaune sauf ceux qui sont affichés sur cette page. Désolé hein, sans rancune.)